Requête SQL : Les 6 requêtes SQL à absolument connaitre quand on est Data Analyst !

Pour préparer l’année 2024, Databird vous propose une petite révision sur le requêtage SQL. Voici 6 requêtes à connaître obligatoirement en 2024 pour coder en SQL.

Antoine Grignola
Co-fondateur de DataBird
Mis à jour le
7/6/2024

SQL est un langage de programmation incontournable en 2024. De nombreux experts métiers l’utilisent dans leur quotidien pour manipuler des bases de données ; Data analyst, administrateur de base de données, développeur web, product manager…

Tous recourent à SQL pour faire parler la donnée.

Aujourd’hui, découvrons ensemble les six commandes à connaître absolument !

Apprendre SQL est inévitable si vous souhaitez développer votre expertise et votre productivité dans l’analyse de données.

Ce langage permet de manipuler des bases de données beaucoup plus importantes que sur  Excel. Grâce à leurs stockages sur le cloud, les données SQL ne possèdent pas de limites de volumes.

En maîtrisant les six requêtes phares de SQL, vous non plus, vous n’aurez plus de limites !

À quoi sert une requête SQL ?

En clair, une requête SQL sert à donner un ordre à une base de données.

Les données numériques sont utilisées dans l’ensemble des organisations de la société. Grands groupes, PME, Startup… Toutes ont besoin d’informations claires et précises pour prendre les bonnes décisions.

Cela nécessite notamment d’avoir une politique de Data Governance.

Cependant, avoir des informations précises n’est pas une mince affaire. Cela demande des heures de travail acharné pour collecter, nettoyer et trier les données issues de différentes sources.

Heureusement pour ces organisations, les requêtes SQL les aident à obtenir des données exploitables. Elles interagissent avec les bases de données, que ce soit pour :

  • Récupérer des données ;
  • Les mettre à jour ;
  • Les supprimer ;
  • Ou ajouter de nouvelles données.

Communiquer avec une base de données

La communication avec une base de données est importante dans de nombreux contextes, notamment dans le développement logiciel, la gestion de données, les applications web, les systèmes d'information, et d'autres domaines où le stockage, la récupération et la manipulation de données sont nécessaires.

Finalement, que vous travaillez dans la finance ou dans la logistique, vous aurez besoin de communiquer avec votre base de données. Peu importe votre secteur d’activité, vous devrez répondre à des enjeux communs. Comme : la performance, la sécurité des données, l’intégrité des données, la maintenance, la gestion des erreurs ou encore la conformité aux réglementations.

Avec le langage SQL, vous pourrez répondre à tous ces enjeux.

Classer la donnée d’une base de données

Classer les données d'une base de données est une pratique importante dans les métiers de la Data. Elle améliore la lisibilité, facilite l'analyse et permet aux utilisateurs d'accéder plus rapidement aux informations pertinentes.

Cela répond à des besoins spécifiques en fonction du contexte d'utilisation et des exigences de l'utilisateur final.

Voici quelques raisons pour lesquelles il est important de classer les données :

  • Présentation des résultats
  • Analyse facilitée
  • Sélection des données prioritaires
  • Optimisation des résultats
  • Facilitation de la navigation
  • Calculs agrégés
  • Préparation des données pour la visualisation
  • Alignement avec les besoins de l'utilisateur
  • Simplification du débogage

 {{banniere-article}}

Modifier la donnée d’une base de données

Dans certains cas de figure, une base de données nécessite d’être actualisée afin d’en tirer des analyses pertinentes. Pour les Data analysts, c’est une opération courante, qui vise à garantir l'exactitude, la pertinence et la cohérence des informations stockées.

Ainsi, ils peuvent répondre aux besoins évolutifs des entreprises et des applications.

Voici quelques motifs pour lesquels on modifie les données dans une base de données :

  • Correction d'erreurs
  • Mises à jour des informations
  • Évolution des besoins métier
  • Optimisation des performances
  • Consolidation des données
  • Maintien de la cohérence
  • Suppression de données obsolètes
  • Réparation d'incohérences

Les 6 requêtes SQL à ABSOLUMENT connaître :

1 - La requête SQL "SELECT"

La requête SQL SELECT est utilisée pour récupérer des données à partir d'une ou plusieurs tables d'une base de données. Voici la syntaxe de base d'une requête SELECT :

  • colonne1, colonne2, ... : Les colonnes que vous souhaitez récupérer dans le résultat de la requête. Vous pouvez utiliser * pour sélectionner toutes les colonnes.
  • nom_de_la_table : Le nom de la table à partir de laquelle vous récupérez des données.
  • WHERE condition : (Optionnel) La clause WHERE permet de filtrer les résultats en fonction d'une condition spécifique.

Exemple de requête SELECT récupérant toutes les colonnes de la table "utilisateurs" :

Exemple de requête SELECT avec des colonnes spécifiques et une condition WHERE :

Cette requête récupère les noms, prénoms et âges des utilisateurs dont la ville est 'Paris'.

Il est important de noter que la syntaxe peut varier légèrement en fonction du système de gestion de base de données que vous utilisez (MySQL, PostgreSQL, SQL Server, etc.), mais le concept de base de la requête SELECT reste le même.

2 - La requête SQL “INNER JOIN”

La requête SQL INNER JOIN est utilisée pour combiner des lignes provenant de deux tables basées sur une condition de jointure spécifiée. Cela signifie que seules les lignes qui satisfont la condition de jointure seront incluses dans le résultat.

Voici la syntaxe générale de la requête INNER JOIN :

  • SELECT colonnes : spécifie les colonnes que vous souhaitez récupérer dans le résultat.
  • FROM table1 : Indique la première table dont vous souhaitez récupérer des données.
  • INNER JOIN table2 : Indique que vous souhaitez effectuer une jointure interne avec une deuxième table.
  • ON table1.colonne = table2.colonne : Spécifie la condition de jointure qui détermine quelles lignes des deux tables sont combinées. Les colonnes utilisées dans la condition de jointure doivent avoir des valeurs correspondantes.

Voici un exemple avec deux tables, "utilisateurs" et "commandes", où les commandes sont liées aux utilisateurs par l'intermédiaire d'une colonne "utilisateur_id" :

Dans cet exemple, la requête INNER JOIN relie les utilisateurs aux commandes en utilisant les colonnes "id" de la table "utilisateurs" et "utilisateur_id" de la table "commandes". Seules les lignes qui ont des valeurs correspondantes dans ces colonnes seront incluses dans le résultat.

Notez que INNER JOIN est le type de jointure le plus couramment utilisé, mais il existe d'autres types de jointures tels que LEFT JOIN, RIGHT JOIN et FULL JOIN.

3 - La requête SQL “INSERT INTO”

La requête INSERT INTO permet d’ajouter des données dans une table.

  • nom_de_la_table : Le nom de la table dans laquelle vous souhaitez insérer des données.
  • (colonne1, colonne2, colonne3, ...) : La liste des colonnes dans lesquelles vous allez insérer des valeurs. Vous pouvez omettre cette partie si vous allez insérer des valeurs dans toutes les colonnes de la table.
  • VALUES (valeur1, valeur2, valeur3, ...) : Les valeurs que vous souhaitez insérer dans les colonnes correspondantes.

Exemple :

Cela ajoutera une nouvelle ligne à la table "utilisateurs" avec les valeurs spécifiées pour les colonnes "nom", "prenom", "age" et "ville".

Si vous insérez des valeurs dans toutes les colonnes et que l'ordre des colonnes dans la requête correspond à l'ordre des colonnes dans la table, vous pouvez également utiliser la syntaxe suivante :

Assurez-vous que les types de données des valeurs correspondent aux types de données des colonnes correspondantes dans la table, et que les contraintes d'intégrité de la base de données sont respectées.

4 - La requête SQL “UPDATE”

La requête SQL UPDATE est utilisée pour modifier les données existantes dans une table. Voici la syntaxe générale de la requête UPDATE :

  • nom_de_la_table : le nom de la table que vous souhaitez mettre à jour.
  • SET colonne1 = valeur1, colonne2 = valeur2, … : spécifie les colonnes que vous souhaitez mettre à jour et les nouvelles valeurs que vous souhaitez leur attribuer.
  • WHERE condition : La condition qui détermine quelles lignes de la table doivent être mises à jour. Si vous omettez la clause SQL WHERE, toutes les lignes de la table seront mises à jour.

Voici un exemple : supposons que vous ayez une table "utilisateurs" et que vous vouliez augmenter l'âge de tous les utilisateurs de la ville de "Paris" de 1 an :

Cette requête utilise la clause SET pour indiquer que la colonne "age" doit être mise à jour en ajoutant 1 à la valeur actuelle. La clause WHERE spécifie que cela doit être fait uniquement pour les utilisateurs de la ville de "Paris".

Assurez-vous d'utiliser une clause WHERE appropriée pour cibler spécifiquement les lignes que vous souhaitez mettre à jour. Si vous omettez la clause WHERE, toutes les lignes de la table seront mises à jour.

5 - la requête SQL “DELETE”

La requête SQL DELETE est utilisée pour supprimer des lignes d'une table en fonction d'une condition spécifiée. Voici la syntaxe générale de la requête DELETE :

  • nom_de_la_table : le nom de la table dont vous souhaitez supprimer des lignes.
  • WHERE condition : La condition qui détermine quelles lignes doivent être supprimées de la table. Si vous omettez la clause WHERE, toutes les lignes de la table seront supprimées.

Voici un exemple : supposons que vous ayez une table "utilisateurs" et que vous vouliez supprimer tous les utilisateurs dont l'âge est supérieur à 30 ans :

Cette requête supprimera toutes les lignes de la table "utilisateurs" où l'âge est supérieur à 30.

Comme avec la requête UPDATE, assurez-vous d'utiliser une clause WHERE appropriée pour cibler spécifiquement les lignes que vous souhaitez supprimer. Si vous omettez la clause WHERE, toutes les lignes de la table seront supprimées.

Il est essentiel d'être prudent lors de l'utilisation de la requête DELETE, car elle supprime des données de manière permanente. Avant d'exécuter une requête DELETE, assurez-vous de bien comprendre les conséquences et de sauvegarder les données si nécessaire.

6 - La requête SQL “DROP TABLE”

La requête SQL DROP TABLE est utilisée pour supprimer une table de la base de données. Voici la syntaxe de base :

L'utilisation de cette requête est irréversible et entraînera la suppression complète de la table spécifiée, y compris toutes les données et la structure de la table. Par conséquent, soyez extrêmement prudent en utilisant cette commande, et assurez-vous d'avoir une sauvegarde des données importantes avant de l'exécuter.

Exemple :

Cette requête supprime la table "utilisateurs" de la base de données, y compris toutes les données stockées dans cette table.

Assurez-vous de disposer des autorisations nécessaires pour exécuter cette requête, car elle peut avoir un impact significatif sur la structure de la base de données.

Apprendre à coder en SQL avec DataBird (FAQ)

Chez DataBird, nous avons formé plus de 3 000 personnes au langage SQL. Grâce à notre bootcamp intensif, nos apprenants sont devenus autonomes dans la gestion et la manipulation de base de données.

Au cours de la formation, ce sont souvent les mêmes questions qui reviennent. Alors pour vous aider à prendre en main le langage SQL, nous avons décidé de faire une petite FAQ dans cet article.

Les logiciels à utiliser pour faire des requêtes SQL

Pour faire des requêtes SQL, vous avez plusieurs options de logiciels, chacun avec ses propres avantages et fonctionnalités. Voici quelques-uns des logiciels populaires utilisés pour écrire et exécuter des requêtes SQL :

  • MySQL Workbench : est un outil graphique officiel fourni par MySQL. Il offre une interface utilisateur conviviale pour concevoir des bases de données, écrire des requêtes SQL, et gérer les bases de données MySQL. Il prend en charge plusieurs fonctionnalités telles que la modélisation des données, l'optimisation des requêtes, etc.
  • Microsoft SQL Server Management Studio (SSMS) : est l'outil de gestion de base de données officiel pour Microsoft SQL Server. Il propose une interface graphique puissante pour la gestion des bases de données SQL Server, y compris la conception de requêtes SQL, la gestion des schémas, et bien plus encore.
  • Oracle SQL Developer : est un outil gratuit fourni par Oracle pour développer et administrer des bases de données Oracle. Il propose des fonctionnalités telles que la conception de requêtes SQL, le développement PL/SQL, et la gestion des objets de base de données Oracle.
  • DBeaver : est un outil de gestion de base de données universel open-source qui prend en charge de nombreux Systèmes de Gestion de Bases de Données (SGBD) tels que MySQL, PostgreSQL, SQLite, Oracle, SQL Server, et plus encore. Il procure une interface utilisateur intuitive et des fonctionnalités avancées.
  • SQLite Studio : est un outil complet pour travailler avec la base de données SQLite. Il prend en charge la création de requêtes SQL, la gestion des bases de données, la conception de schémas, etc.
  • ChatGPT pour Data Analyst : Grâce au Code Interpreter de ChatGPT, vous pouvez utiliser l'IA pour vos aider dans vos tâche de nettoyage de base de donnée ! Alors nous ne sommes pas encore sur un outil 100% sans erreurs, mais les tests effectués sont très satisfaisants !

Ces outils varient en fonction de la base de données que vous utilisez, de vos préférences personnelles, et des fonctionnalités spécifiques dont vous avez besoin.

Quelles sont les différences entre une requête SQL et une clause SQL ?

Une requête SQL est une instruction complète écrite en langage SQL pour interagir avec une base de données. Elle peut être composée de plusieurs clauses qui collaborent pour accomplir une tâche spécifique.

Les requêtes SQL sont utilisées pour effectuer diverses opérations telles que la récupération, l'insertion, la mise à jour ou la suppression de données dans une base de données.

Exemple de requête SQL SELECT avec plusieurs clauses :

Dans cet exemple, la requête SQL combine les clauses SELECT, FROM, WHERE et ORDER BY pour récupérer les noms et prénoms des utilisateurs de la ville de Paris, triés par nom.

<h3> Qu’est ce qu’une clause SQL ?

En SQL, une clause est une partie d'une instruction SQL qui effectue une tâche spécifique. Les clauses sont utilisées pour définir les actions à effectuer sur les données stockées dans une base de données. Chaque instruction SQL est constituée de différentes clauses, et chaque clause a une fonction spécifique.

SELECT, FROM, WHERE, INSERT INTO, UPDATE, DELATE, GROUP BY… sont des clauses. Elles sont utilisées de manière combinée pour construire des instructions SQL complexes qui effectuent différentes opérations sur les données d'une base de données relationnelle.

<h3> Qu’est ce qu’une jointure SQL ?

Une jointure SQL est une opération qui combine les lignes de deux tables en fonction d'une condition spécifiée, créant ainsi un ensemble de résultats contenant des colonnes de ces deux tables. Les jointures permettent d'associer des données provenant de différentes tables en fonction de leurs relations.

Il existe plusieurs types de jointures SQL, dont les plus courantes sont :

<h3> À quoi sert le * dans une requête SELECT ?

Le symbole ***** dans une requête SELECT est utilisé comme raccourci pour sélectionner toutes les colonnes d'une table spécifiée. Placé après le mot-clé SELECT, il indique à la base de données de retourner toutes les colonnes disponibles dans le résultat de la requête.

Voici un exemple :

Utiliser * peut être pratique si vous avez besoin de toutes les informations contenues dans une table sans spécifier explicitement chaque nom de colonne.

Rejoignez-nous pour notre Journée Portes Ouvertes en live le 27 juin à 18h30
Explorez le bootcamp Databird ainsi que nos programmes de formation data.
Je m'inscris à l'évènement
Faites un premier pas dans la data avec nos cours gratuits
Démarrer

Nos derniers articles sur

SQL

Pour préparer l’année 2024, Databird vous propose une petite révision sur le requêtage SQL. Voici 6 requêtes à connaître obligatoirement en 2024 pour coder en SQL.
Le monde de la data vous intéresse et vous souhaitez en savoir plus ? Découvrez le langage SQL et ses applications dans l’exploitation de base de données.
Le NoSQL est une des bases de données les plus utilisées dans le Big Data. Sa simplicité et sa flexibilité en font un outil puissant pour les Data Analysts.
Difficulté :
Facile